WATTIGNIES 1793

WATTIGNIES 1793

Album photos - Images



Le ravin de Souvergeaux
Le ravin de Souvergeaux :

Ici une photo prise le 31 juillet 2014 du plateau de Souvergeaux avec le ravin du même nom.

Les troupes françaises du général Duquesnoy ont gravis ce ravin pour attaquer leurs ennemis.


Deux sabres autrichiens
Deux sabres autrichiens :

Ces deux sabres autrichiens appartiennent à Hervé, un ami collectionneur qui m'a fait parvenir ces photos.

Ces sabres sont d'époque révolution et correspondent à la période.

On aperçoit qu'il manque le fourreau pour l'un d'entre eux.

Remarquez les deux gardes courbées identiques à la garde retrouvée par Monsieur Delsaut à voir plus bas dans cette rubrique.

IL est possible que l'un de ces sabres ait été utilisé par un soldat autrichien lors de la bataille de Wattignies mais cela n'est qu'une supposition.

Merci à Hervé pour la fourniture de ces photos.


Poignée du sabre sans fourreau
Poignée du sabre sans fourreau

Poignée de l'autre sabre
Poignée de l'autre sabre :

Ici sur cette lame il est indiqué : "Vivat Maria Thérésa" ce qui veut dire "Vive Marie Thérèse".

Un hommage à l'impératrice Marie Thérèse d'Autriche.


Autre détail
Autre détail :

Ici il est indiqué "Migazzi ou Mirgazzi Infanterie Régiment" N° 46.

Je n'ai pas d'explications plausibles à vous donner, il s'agit peut être du 46 éme régiment d'infanterie et ce nom est soit celui du soldat a qui appartenait ce sabre ou alors il s'agit du nom du colonel qui commandait ce régiment.

 


Maquette d'un canon Gribeauval de 12
Maquette d'un canon Gribeauval de 12 :

Cette magnifique maquette d'un canon Gribeauval de 12 a été offert au musée de la bataille par le parti politique "Le Front de Gauche"pour commémorer le 221 éme anniversaire de la bataille.

Je remercie les responsables de ce parti pour ce magnifique cadeau qui va bien sur trôner au centre du musée.

Le modèle présenté ici est un calibre 12 et donc il pouvait tirer des boulets de 12 qui font environ 6 kilos.

D'un poids supérieur à 2 tonnes, il fallait un attelage de plusieurs chevaux pour le tracter.

Les canons de calibre 4 et 8 étaient bien sur plus petits mais étaient identiques au niveau de leur conception.

Ce type de canon a été utilisé par les français lors de la bataille ainsi que les calibres plus petits.


Boulet français de 4 nettoyé
Boulet français de 4 nettoyé :

Le boulet français de 4 sans les concrétions.

IL est en très bon état malgré son grand age : 221 ans !!!

Sur la photo ci dessous ce boulet dans son état de découverte.


Shéma d'une cartouche a boulet et d'une boite a mitraille
Shéma d'une cartouche a boulet et d'une boite a mitraille

Le canon de 12 vu sous un autre angle


Le canon de 12 vu de dos


Autre photo du canon


Boulet français de 4
Boulet français de 4 :

Ce boulet français de 4 a été retrouvé le samedi 9 aout 2014 sur un champ au lieu dit "L'aumône" à l'Ouest du village et fait partie des combats du lieu dit "Try de Glarges".

J'ai déjà effectué de nombreuses recherches sur ce champs avec découvertes de nombreuses balles de mousquet et quelques monnaies mais je n'avais, jusqu'à présent, pas encore retrouvé de boulets.

Ce boulet a été tiré par les troupes françaises sur les troupes autrichiennes qui stationnaient à cet endroit.

Un autre boulet français mais la de calibre 8 a été retrouvé par un copain détectoriste le mercredi 30 juillet 2014.

Vous le voyez ici dans son état de découverte couvert de concrétions de rouille importantes, la photo suivante le montre débarrassé de ces concrétions.

Poids dans l'état : 2 kilos exactement et 1,8 kg sans les concrétions


Silex de fusil Gribeauval 1777 avec sa mordache en plomb
Silex de fusil Gribeauval 1777 avec sa mordache en plomb :

Ce silex de fusil avec sa mordache en plomb a été retrouvé en décembre 2015 sur le lieu dit Souvergeaux à l'Est de Wattignies.

On peut penser qu'il est français, les silex autrichiens possédaient des petites décorations sur leurs mordache en plomb et ce n'est pas le cas sur cet exemplaire.


Le plateau de Souvergeaux
Le plateau de Souvergeaux :

Une photo du plateau de Souvergeaux prise le 31 juillet 2014, c'est ici que les troupes autrichiennes étaient positionnées lors de l'attaque des troupes françaises du général Duquesnoy.


Deux boulets de 4 retrouvés le meme jour
Deux boulets de 4 retrouvés le meme jour :

Ces deux boulets français de 4 ont été retrouvés à quelques mètres d'intervalle le samedi 12 octobre 2013 par François un de mes copains détectoristes.

Je le remercie au passage pour le don de ces boulets au musée de la bataille.

Décidément le plateau de Souvergeaux est encore riche en trouvailles, nous sommes sur l'endroit ou la division Duquesnoy a attaqué le 16 octobre 1793.

Ces deux boulets ont été retrouvés presque 220 ans après la bataille.

Chose étrange, ces deux boulets n'ont quasiment pas de concrétions mais comme ils ont été retrouvés sur une butte, l'humidité n'a pu stagner sur eux.

 


Balles de mousquet
Balles de mousquet :

Ces balles ont été retrouvées par milliers lors de nos recherches, en estimant raisonnablement a 30000 le nombre des combattants, vous en déduisez facilement qu'il en reste pas mal à trouver.

La différence de couleurs de ces balles est peut être due au terrain dans lesquelles elles ont séjournées ou alors elles sont de nationalités différentes mais cela reste a prouver.

Toutes ces balles sont en plomb.

Les balles françaises varient en calibre de 15,5 mm à 16 mm pour un poids variant de 22 grammes à 24 grammes environ et les autrichiennes de 16 mm à 17,5 mm pour un poids de 25 grammes à 27 grammes environ.

Ces mesures n'ont qu'un caractère théorique, on était peu exigeant sur la précision de l'armement au 18 éme siècle.

Un grand merci pour ces précisions à Alain Arcq auteur d'un ouvrage sur la bataille de Fleurus 1794 disponible aux éditions "historic'one" d'Annecy.  


Ici des sous munitions autrichiennes comparées a une balle de mousquet sur la gauche de la photo.

Remarquez les deux petites balles en bas de la photo, il est donc probable que ces sous munitions existaient avec des calibres différents.

A chaque sortie, nous continuons à retrouver ces petites balles il est donc impossible que les officiers des deux camps aient tirés autant de balles avec des pistolets, de toute façon et après de nouvelles recherches, les pistolets utilisés pendant la bataille utilisaient des balles de mousquet classiques.


Gribeauval à l'origine du fusil 1777
Gribeauval à l'origine du fusil 1777 :

Cette gravure tirée de la revue "Tradition magasine" prouve, à ceux qui m'ont gentiment critiqués, que j'avais raison sur le terme : fusil Gribeauval 1777 . 

C'est bien Jean Baptiste Gribeauval qui est à l'origine de ce fusil même si c'est une amélioration du modèle 1774.

Cette revue "Tradition Magasine" est à conseiller à tous les passionnés d'armes du 18 éme siècle.


Un authentique Gribeauval 1777
Un authentique Gribeauval 1777 :

Un authentique fusil Gribeauval 1777 d'époque.

Remarquez sur la platine ,le nom gravé de la manufacture qui l'a fabriqué.

Merci à Alain Gillot pour la photo.


une balle de mousquet et une sous munition autrichienne
une balle de mousquet et une sous munition autrichienne :

Sur cette photo on aperçoit sur la droite une sous munition autrichienne comparée a une balle de mousquet, la différence de taille est bien visible.  

Les cartouches autrichiennes incorporaient trois petites balles comme celle de droite.



Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser