WATTIGNIES 1793

WATTIGNIES 1793

Album photos - Images



Bouton républicain
Bouton républicain :

Ce petit bouton républicain a été retrouvé en avril 2014 au lieu dit "La Place d'armes" sur le territoire du village de Dourlers, par Benjamin un de mes copains détectoristes.

Ce lieu dit était l'emplacement des troupes autrichiennes lors de la bataille de Dourlers le 15 octobre 1793, la découverte de ce bouton nous indique que des soldats français à l'attaque de la position autrichienne sont bien parvenus jusqu'a cet endroit pour livrer bataille.


Deux sabres autrichiens
Deux sabres autrichiens :

Ces deux sabres autrichiens appartiennent à Hervé, un ami collectionneur qui m'a fait parvenir ces photos.

Ces sabres sont d'époque révolution et correspondent à la période.

On aperçoit qu'il manque le fourreau pour l'un d'entre eux.

Remarquez les deux gardes courbées identiques à la garde retrouvée par Monsieur Delsaut à voir plus bas dans cette rubrique.

IL est possible que l'un de ces sabres ait été utilisé par un soldat autrichien lors de la bataille de Wattignies mais cela n'est qu'une supposition.

Merci à Hervé pour la fourniture de ces photos.


Bouton du 2éme régiment d'infanterie
Bouton du 2éme régiment d'infanterie :

Ce bouton du 2éme régiment d'infanterie a été retrouvé en 2012 par François, l'un de mes copains détectoristes, sur le territoire du village de Semousies.

IL est encore en très bon état et témoigne de la présence de ce régiment lors des combats pour la prise du village de Dourlers, le 15 octobre 1793.


Poignée du sabre sans fourreau
Poignée du sabre sans fourreau

Poignée de l'autre sabre
Poignée de l'autre sabre :

Ici sur cette lame il est indiqué : "Vivat Maria Thérésa" ce qui veut dire "Vive Marie Thérèse".

Un hommage à l'impératrice Marie Thérèse d'Autriche.


Autre détail
Autre détail :

Ici il est indiqué "Margazzi ou Mirgazzi Infanterie Régiment" N° 46.

Je n'ai pas d'explications plausibles à vous donner, il s'agit peut être du 46 éme régiment d'infanterie et ce nom est soit celui du soldat a qui appartenait ce sabre ou alors il s'agit du nom du colonel qui commandait ce régiment.

Précisions à suivre ..........


Bouton du 21 ème régiment de chasseurs à pied
Bouton du 21 ème régiment de chasseurs à pied :

Ce bouton petit module n°21 en trés bel état, a été retrouvé le mercredi 30 octobre 2013 dans la matinée par Benjamin, un copain détectoriste.

Le 21 ème régiment de chasseurs à pied faisait partie de la division du général Ballant et comme ce bouton a été retrouvé sur le plateau de Souvergeaux sur le territoire de Wattignies, cela confirme le fait que certains régiments de la division Ballant ont été déplacés du village de Dourlers vers Wattignies pour participer à la bataille.

Le 21ème régiment de chasseurs à pied était présent à la bataille avec 218 soldats.

Merci à Benjamin pour le don de ce bouton au musée de la bataille.

Diamètre : 15,5 mm

Métal : étain

Poids : 1 gramme

Le trombone visible sur la photo permet de faciliter la prise de vue.

 

 

 


Boulet français de 4 nettoyé
Boulet français de 4 nettoyé :

Le boulet français de 4 sans les concrétions.

IL est en très bon état malgré son grand age : 221 ans !!!

Sur la photo ci dessous ce boulet dans son état de découverte.


Bouton du 67 ème régiment
Bouton du 67 ème régiment :

Ce bouton grand module a été retrouvé sur le plateau de Souvergeaux le samedi 12 octobre 2013 vers 16 heures par Jean Marc, un copain détectoriste.

Le 67 éme regiment d'infanterie faisait partie de la division du général Duquesnoy et était représenté par deux bataillons lors de la bataille, le premier bataillon avec 458 soldats et le deuxième bataillon avec 421 soldats.

IL est tout à fait logique que nous ayons retrouvés un bouton de ce régiment sur le plateau de Souvergeaux, tous les anciens écrits signalent la présence de ce régiment dans la division Duquesnoy.

Ce bouton est dans un état remarquable et sa découverte nous indiquent qu'il y a encore de belles choses à retrouver sur cette bataille.

Un grand merci à Jean Marc pour le don de ce bouton au musée de la bataille.

Diamètre : 22 mm

Mètal : bronze

poids : 3 grammes

 

 


Shéma d'une cartouche a boulet et d'une boite a mitraille
Shéma d'une cartouche a boulet et d'une boite a mitraille

Boulet français de 4
Boulet français de 4 :

Ce boulet français de 4 a été retrouvé le samedi 9 aout 2014 sur un champ au lieu dit "L'aumône" à l'Ouest du village et fait partie des combats du lieu dit "Try de Glarges".

J'ai déja effectué de nombreuses recherches sur ce champs avec découvertes de nombreuses balles de mousquet et quelques monnaies mais je n'avais, jusqu'a présent, pas encore retrouvé de boulets.

Ce boulet a été tiré par les troupes françaises sur les troupes autrichiennes qui stationnaient à cet endroit.

Un autre boulet français mais la de calibre 8 a été retrouvé par un copain détectoriste le mercredi 30 juillet 2014, ce boulet apparaitra dès que possible dans cette rubrique.

Vous le voyez ici dans son état de découverte couvert de concrétions de rouille importantes, la photo suivante le montre débarrassé de ces concrétions.

Poids dans l'état : 2 kilos exactement et 1,8 kg sans les concrétions


Deux boulets de 4 retrouvés le meme jour
Deux boulets de 4 retrouvés le meme jour :

Ces deux boulets français de 4 ont été retrouvés à quelques mètres d'intervalle le samedi 12 octobre 2013 par François un de mes copains détectoristes.

Je le remercie au passage pour le don de ces boulets au musée de la bataille.

Décidément le plateau de Souvergeaux est encore riche en trouvailles, nous sommes sur l'endroit ou la division Duquesnoy a attaqué le 16 octobre 1793.

Ces deux boulets ont été retrouvés presque 220 ans après la bataille.

Chose étrange, ces deux boulets n'ont quasiment pas de concrétions mais comme ils ont été retrouvés sur une butte, l'humidité n'a pu stagner sur eux.

 


Le boulet de 12 nettoyé
Le boulet de 12 nettoyé :

Sur cette photo le boulet de 12 de la photo précédente nettoyé de ses concrétions.

Le poids du boulet avec ses concrétions diverses était de 5,8 kg.

Aprés nettoyage son poids est de 5,6 kg donc il a été enlevé 200 grammes de concrétions diverses.

Je suis toujours étonné de l'excellent état des boulets que j'ai retrouvé, on savait faire du métal de qualité au 18 éme siècle.

Agé d'un peu plus de 219 ans !! ce boulet va rejoindre ma collection personnelle qui comprend :

1 boulet de 4 français

1 boulet de 6 autrichien

1 boulet de 8 français

et donc un boulet de 12 français


Boulet de 12 français
Boulet de 12 français :

Ce boulet français de 12 a été retrouvé dans une pature, sur le territoire du village de Dourlers, le lundi 12 novembre 2012 vers 15h30.

Après réflexion, il est logique que j'ai retrouvé un boulet à cet endroit, nous sommes derriére le village de Dourlers et face aux lignes autrichiennes qui se situaient au lieu dit" La Place d'armes".

Anecdote intéressante, j'étais avec mon copain Jean Claude et tenez vous bien, celui ci venait de me dire :

" Tu sais, Philippe, nous retrouverons de moins en moins de vestiges de la bataille" et je venais de lui confimer ses dires.

Comme quoi le hasard fait quelque fois bien les choses.

Vous le voyez sur cette photo tel que je l'ai sorti de terre et  demain, il sera nettoyé de ses concrétions.

Métal : fonte 

Poids : 5,8 kg

Ce boulet a été tiré lors de la bataille de Dourlers le 15 octobre 1793 et fait partie des combats de la bataille dite de Wattignies.


Boulet autrichien de 6
Boulet autrichien de 6 :

Ce boulet a été retrouvé par moi même vers 17 heures, le samedi 21 septembre 2013 au lieu dit "Souvergeaux" sur le territoire de Wattignies.

Le lieu dit "Souvergeaux" est l'endroit principal des combats entre la colonne du général Duquesnoy et les troupes du général autrichien Terzy.

Cet endroit a deja été arpenté de nombreuses fois et il faut constater qu'il reste toujours quelque chose à découvrir.

Si on fait une petite étude rapide de balistique, l'endroit de découverte de ce boulet indique bien que les autrichiens tiraient sur les troupes de Duquesnoy.

En tous cas la découverte de ce boulet  nous fait bien plaisir et indique qu'il faut continuer les recherches sur des endroits ou l'on pourrait penser qu'il n'y a plus rien.

Le boulet est ici présenté tel que que je l'ai sorti de terre et pèse dans l'état 2,8 kg donc c'est bien un boulet de 6 utilisé par les autrichiens, ce calibre n'ayant pas été retenu par Gribeauval en 1777.

Poids dans l'état avec ses concrétions : 2,8 kg


Embouchure de clairon d'infanterie
Embouchure de clairon d'infanterie :

Lorsque j'ai retrouvé cette piéce en novembre 2011, je me suis longtemps demandé ce que c'était.

IL est resté sur le coté pendant un an et c'est en ce mois d'octobre 2012 que j'ai la certitude qu'il s'agit d'un embouchoir de clairon d'infanterie et que sa datation doit etre de la fin du 18 éme siécle donc 1793.

Cette embouchure de clairon d'infanterie a été retrouvé sur le territoire de Mont Dourlers et de nombreuses balles de mousquet et des éclats d'obus creux ont aussi été retrouvés dans les parages indiquant des combats intenses.

Selon mes déductions nous sommes ici en présence de combats préliminaires à la bataille principale de Wattignies.

Métal : bronze

Poids : 44 grammes


Bouton de garde national
Bouton de garde national :

Ce bouton a été retrouvé  le mercredi 5 juin 2013 vers 17 heures au lieu dit "Les Bruyéres" au Nord Ouest de Wattignies.

J'ai déduit un peu vite que ce bouton était un bouton de régiment royaliste mais c'est faux il s'agit bien d'un bouton français de garde national.

 Ce bouton est décrit sur l'excellent livre " le Fallou" qui est la bible des collectionneurs de boutons d'uniformes militaires aux pages 210 à 221, comme une variante des boutons des Gardes Nationales (troupes bourgeoises et irregulières) daté de 1789 à 1790... Troupes des Gardes Nationales levées pour contrer les menaces aux frontières de la France...

Ce sont les trois fleurs de lys qui ont créées la confusion et comme ces boutons datent de la période 1789/1790 qui n'était pas fonciérement contre le Roi et donc en 1793 les soldats avaient d'autres choses à faire que de découdre leurs boutons pour les remplacer par des boutons siglés "République Française".

Un grand merci à Stéphane du site "Les soldats de la liberté 1792/1794" qui a relevé cette erreur.

Ce bouton est bien d'un soldat français de la bataille.


Contre platine de fusil à silex
Contre platine de fusil à silex :

Cette contre platine de fusil à silex a été retrouvée le mercredi 30 mai 2012 vers 10 h 00 du matin au lieu dit " Le Trou Colau" à la sortie de Wattignies sur la route du village de Dimont.

Une contre platine servait à maintenir avec deux vis la platine à silex sur le coté droit du fusil, cet élément était donc situé sur le coté gauche du fusil.

Selon tout vraisemblance cette piéce faisait partie du célébre fusil gribeauval 1777 mais aussi peut etre, faisait partie d'un fusil autrichien. 

L'endroit de cette découverte est le point de départ d'une partie des troupes françaises à l'attaque du Nord Ouest du village.


Boulet de 8 nettoyé
Boulet de 8 nettoyé :

Voici le boulet français de 8 retrouvé le 5 avril 2012  aprés enlévement des concrétions.

Comme vous le voyez sur la photo, il pèse 3,8 kg et a donc perdu 200 grammes de concrétions diverses par rapport à son poids de découverte de 4 kilos.

Agé de 218 ans 1/2 il est encore en très bon état malgré son grand age et il faut reconnaitre que la fonte de l'époque était d'excellente qualité.

Ce boulet est donc le premier boulet retrouvé sur le territoire du petit village de Floursies situé à mi chemin entre le village de Dourlers et Wattignies.

Selon toute vraisemblance, le tir de ce boulet a du avoir lieu le 16 octobre 1793 au lendemain de la bataille de Dourlers lors de l'attaque générale de Wattignies et ici pour les combats à l'Ouest.


Petit bouton républicain
Petit bouton républicain :

Ce  bouton petit module siglé "République Française" a été retrouvé en mai 2013 par Jonathan, jeune détectoriste du village de Quiévelon situé à quelques kilomètres de Wattignies.

Je remercie au passage Jonathan pour le don de ce bouton au musée de Wattignies.

La découverte de ce bouton dans la zone du lieu dit " Le Trou de l'enfer" à Obrechies confirme que des combats se sont bien passés sur cette zone et surtout confirme que ce leu dit concerne bien les combats du général Beauregard.

Jonathan m' a avoué avoir eu des difficultés pour le sortir, il était coincé dans les racines d'un arbre.

Ce qui est remarquable, c'est l'état quasi parfait du graphisme des inscriptions.

Diamètre : environ 16,5 mm tel qu'il est mais en fait c'est un module de 18 mm à l'état neuf.

Métal : bronze

poids : quelques grammes