WATTIGNIES 1793

WATTIGNIES 1793

Album photos - Images



Tous les fantassins autrichiens représentés ici n'étaient pas tous présents sur le champ de bataille de Wattignies.

Numéro 1 : Dragon flamand de l'armée des patriotes

Numéro 2 : Régiment de Vierzet

Numéro 3 : Grenadier du régiment de Wurtemberg

Numéro 4 : Maréchaussée

Numéro 5 : Dragon du régiment de Namur, armée des patriotes

Numéro 6 : Porte drapeau du régiment de Clerfayt

Numéro 7 :Régiment de ligne

Numéro 8 : Régiment de l'Archiduc Joseph

Numéro 9 : Dragon de Latour

Merci à Liliane et Fred Funcken pour cette illustration prise dans leurs livres : "Le costume et les armes des soldats de tous les temps "

Livre N° 2 : De Frédéric 2 à nos jours

Edition CASTERMAN

 

 


Des soldats qui auraient pu être présents à la bataille de Wattignies
Des soldats qui auraient pu être présents à la bataille de Wattignies :

Cette gravure représente tous les types de soldats qui auraient pu participer à la bataille.

En numéro 1 : Un chasseur à pied

En numéro 2 : Un soldat d'infanterie de ligne

En numéro 3 : Un volontaire belge

En numéro 4 : Un dragon

En numéro 5 : Un grenadier

En numéro 6 : Un cuirassier

En numéro 7 : Un hussard

En numéro 8 : Un gendarme

En numéro 9 : Un chasseur à cheval

En numéro 10 : Des artilleurs autour d'un canon

En numéro 11 : Un hussard d'escorte 

En numéro 12 : Un général

En numéro 13 : Un commissaire du peuple aux armées

En numéro 14, on aperçoit un ballon d'observation qui n' a pas été utilisé lors de la bataille de Wattignies.

Merci à Liliane et Fred Funcken pour cette illustration prise dans leurs livres : "Le costume et les armes des soldats de tous les temps"

Livre N° 2 : De Frédéric 2 à nos jours

Edition CASTERMAN 


Un hausse-col d'officier français
Un hausse-col d'officier français :

Ce hausse-col appartient à Martin un ami allemand qui l' a retrouvé sur un des champs de batailles en Allemagne, dites des lignes de Wissembourg.

Ce hausse-col en bronze est dans un état remarquable et était uniquement porté par les officiers.

Si on tient compte qu'il y a deux canons représentés on peut penser que c'est un officier d'artillerie qui le portait. 

Remarquez les trois fleurs de Lys. 

Aucun hausse col n'a été retrouvé sur le champ de bataille de Wattignies. 

Epaisseur du métal 3 millimètres

Métal : Bronze

Sur la gravure suivante vous pouvez apercevoir un hausse-col sur un officier français.

Commentaire de Martin publié le 08 juin 2021 :

Oui une belle trouvaille !

Je n'oublierai jamais ..................

 

 


Un officier français avec un hausse-col
Un officier français avec un hausse-col

Bouton du 39 ème régiment d'infanterie de gendarmerie
Bouton du 39 ème régiment d'infanterie de gendarmerie :

Ce bouton a été retrouvé par un détectoriste en 2010 sur la zone du plateau de Souvergeaux sur le territoire de Wattignies, l'un des endroits principaux de la bataille.

Le 39 ème régiment d'infanterie faisait partie de la division du Général Ballant et était un régiment de gendarmerie.

Le fait qu'il ait été retrouvé sur la zone de Souvergeaux sur Wattignies nous donne une indication sur la date de sa perte.

Comme le 15 octobre, le 39 ème régiment d'infanterie était dans la division Ballant et attaquait le village de Dourlers, on peut en déduire que ce bouton a été perdu par un soldat du 39 ème qui avait été déplacé sur Wattignies pour l'attaque du 16 octobre. 

En tous cas il est dans un état remarquable. 

Diamètre : 22 millimètres


Boulet de calibre 12 autrichien
Boulet de calibre 12 autrichien :

Ce boulet de 12 a été retrouvé en 2016 près d'une haie par Xavier un copain détectoriste que je remercie au passage, son boulet va rejoindre le musée de la bataille.

Ce calibre est le premier calibre 12 de nationalité autrichienne et qui dément ma fausse affirmation que les autrichiens n'avaient pas utilisé le calibre 12 lors de la bataille.

Retrouvé sur le territoire du village de Semousies au lieu dit  "Le Pas de Cheval" le nom de ce lieu dit n'est pas anodin et nous permet de penser que des troupes de cavalerie stationnaient à cet endroit lors de la bataille.

On peut penser que les autrichiens ont tirés ce boulet sur des cavaliers français stationnés à cet endroit.

Poids relevé : 5,2 kg

Poids officiel : 5,5 kg

Diamètre : 114 milllimètres


Le ravin de Souvergeaux
Le ravin de Souvergeaux :

Ici une photo prise le 31 juillet 2014 du plateau de Souvergeaux avec le ravin du même nom.

Les troupes françaises du général Duquesnoy ont gravis ce ravin pour attaquer leurs ennemis.


Deux sabres autrichiens
Deux sabres autrichiens :

Ces deux sabres autrichiens appartiennent à Hervé, un ami collectionneur qui m'a fait parvenir ces photos.

Ces sabres sont d'époque révolution et correspondent à la période.

On aperçoit qu'il manque le fourreau pour l'un d'entre eux.

Remarquez les deux gardes courbées identiques à la garde retrouvée par Monsieur Delsaut à voir plus bas dans cette rubrique.

IL est possible que l'un de ces sabres ait été utilisé par un soldat autrichien lors de la bataille de Wattignies mais cela n'est qu'une supposition.

Merci à Hervé pour la fourniture de ces photos.


Poignée du sabre sans fourreau
Poignée du sabre sans fourreau

Poignée de l'autre sabre
Poignée de l'autre sabre :

Ici sur cette lame il est indiqué : "Vivat Maria Thérésa" ce qui veut dire "Vive Marie Thérèse".

Un hommage à l'impératrice Marie Thérèse d'Autriche.


Autre détail
Autre détail :

Ici il est indiqué "Migazzi ou Mirgazzi Infanterie Régiment" N° 46.

Je n'ai pas d'explications plausibles à vous donner, il s'agit peut être du 46 éme régiment d'infanterie et ce nom est soit celui du soldat a qui appartenait ce sabre ou alors il s'agit du nom du colonel qui commandait ce régiment.

 


Fantassins français montant au combat
Fantassins français montant au combat :

Des fantassins à l'attaque de Wattignies.

Remarquez le jeune tambour battant la charge.


Maquette d'un canon Gribeauval de 12
Maquette d'un canon Gribeauval de 12 :

Cette magnifique maquette d'un canon Gribeauval de 12 a été offert au musée de la bataille par le parti politique "Le Front de Gauche"pour commémorer le 221 éme anniversaire de la bataille.

Je remercie les responsables de ce parti pour ce magnifique cadeau qui va bien sur trôner au centre du musée.

Le modèle présenté ici est un calibre 12 et donc il pouvait tirer des boulets de 12 qui font environ 6 kilos.

D'un poids supérieur à 2 tonnes, il fallait un attelage de plusieurs chevaux pour le tracter.

Les canons de calibre 4 et 8 étaient bien sur plus petits mais étaient identiques au niveau de leur conception.

Ce type de canon a été utilisé par les français lors de la bataille ainsi que les calibres plus petits.


Boulet français de 4 nettoyé
Boulet français de 4 nettoyé :

Le boulet français de 4 sans les concrétions.

IL est en très bon état malgré son grand age : 221 ans !!!

Sur la photo ci dessous ce boulet dans son état de découverte.


Shéma d'une cartouche a boulet et d'une boite a mitraille
Shéma d'une cartouche a boulet et d'une boite a mitraille

Le canon de 12 vu sous un autre angle


Le canon de 12 vu de dos


Autre photo du canon


Pistolet à silex Modèle 1777
Pistolet à silex Modèle 1777 :

Ici un pistolet à coffre modèle 1777 de la manufacture d'armes de Maubeuge qui aurait pu participer à la bataille.

Cette manufacture d'armes était située au lieu dit "La Machine" à Ferrière la Grande, bourg se trouvant à la périphérie de la ville de Maubeuge.

Le lieu dit "La Machine" existe toujours à Ferrière la Grande.  

Un grand merci à Monsieur Patrice Logeard responsable de l'association d'histoire de la ville de Landrecies

 

 


Boulet français de 4
Boulet français de 4 :

Ce boulet français de 4 a été retrouvé le samedi 9 aout 2014 sur un champ au lieu dit "L'aumône" à l'Ouest du village et fait partie des combats du lieu dit "Try de Glarges".

J'ai déjà effectué de nombreuses recherches sur ce champs avec découvertes de nombreuses balles de mousquet et quelques monnaies mais je n'avais, jusqu'à présent, pas encore retrouvé de boulets.

Ce boulet a été tiré par les troupes françaises sur les troupes autrichiennes qui stationnaient à cet endroit.

Un autre boulet français mais la de calibre 8 a été retrouvé par un copain détectoriste le mercredi 30 juillet 2014.

Vous le voyez ici dans son état de découverte couvert de concrétions de rouille importantes, la photo suivante le montre débarrassé de ces concrétions.

Poids dans l'état : 2 kilos exactement et 1,8 kg sans les concrétions



Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser