WATTIGNIES 1793

WATTIGNIES 1793

La bataille vue par le soldat Joliclerc

Le caporal François Xavier Joliclerc, du 7éme bataillon du Jura, faisait partie de la colonne Duquesnoy, et fut blessé le 16 à l'attaque de Wattignies.

Voila ce qu'il écrivait à sa mère, le 24 octobre,de l'hôpital de Saint Denis,ou il était en traitement.

"Nous avons marché une dizaine de jours et le 15 octobre nous avons commencé l'attaque.

Le 16 j'ai été blessé et on m'a amené sur une voiture à Saint Denis prés de Paris...

Notre bataillon a beaucoup souffert de cette attaque,Hugon, de Nozeroy, a eu une cuisse perçée d'une balle.

Carrez de Commenailles a eu une balle dans le cou.

Le petit Chauvin en a eu une qui lui est entré plus bas que l'oreille et lui est sortie par la bouche,lui fracassant la machoire.

Vernier de Mignoillard, a eu la cuisse un peu effleurée d'un coup de biscaien.

Ducret a eu une balle dans le pied.

Notre tambour Tinot de Rozeroy a eu une balle dans le genou.

Magnien de Rozeroy a eu une balle derrière l'épaule.

Nous en avons qui ne sont pas de chez nous qui sont restés sur le carreau tués raides,d'autres qui ont été enlevés du champ de bataille mais qui sont morts quelques heures après.

IL y en a un qui a eu la langue coupée d'une balle.

Tous ces gens la sont de notre compagnie.

Moi j'ai reçu un coup de mitraille sur le nez.

Comme il était un peu bossu cela m'oteras ce que j'avais de trop;

J'en serais quitte à bon compte à ce que je crois".

 

 Texte tiré du livre d'Etienne Joliclerc publié en 1905 :    

                                                                                 Joliclerc

                                                          Volontaire aux armées de la Révolution

                                                                   Ses lettres 1793 - 1796       



16/10/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres